Les gens qui ne votent pas

Oui, je sais, le sujet de l’article est un peu facile. J’ai bien compris aussi que le sujet de la politique sature déjà tellement vos esprits en ce moment que ma petite contribution pourrait bien être la goutte d’eau qui fera déborder le vase de votre psyché et vous poussera, enfin, à assumer votre vocation d’ermite’ Qu’on soit bien clairs : ce post n’a pas pour objectif de faire du militantisme de bas-étage. J’ai longtemps refusé catégoriquement de voter, et ce pour nombre de raisons : l’absence d’opinion, la flemme, le désintéressement de la politique… Je ne jetterai donc pas la pierre à tous ceux qui ont décidé de s’abstenir d’aller voter dimanche. Chacun ses choix, et chacun ses démons.

Je voudrais néanmoins revenir aujourd’hui sur un fait particulièrement pénible au sein des non-votants : ce sont eux qu’aujourd’hui on entend le plus, comme si nombre d’entre eux s’étaient donné la mission d’exprimer haut et fort leur avis, et tenter de légitimer leur flemme par de l’agressivité.

Soyons d’accord : ne pas voter, c’est acclamer que l’on se moque de la politique. Après tout, c’est un avis défendable de ne pas voloir participer aux débats à rallonge, de ne pas s’intéresser aux grands thèmes de la société, de ne pas avoir de temps à perdre sur des interrogations abstraites. etc… Mais alors, je prie aujourd’hui tous ceux qui ne sont pas allés voter hier de cesser d’essayer de se créer une légitimité électorale en essayant de prétendre que l’absence de vote est un choix politique conscient. Quand on veut exprimer un avis neutre, on vote blanc. Ne pas voter, c’est bien plus radical : c’est clamer que “je déteste la politique et ses débats stériles alors pitié laissez-moi tranquille avec ça”. Donc, chers non-votants, ayez s’il vous plaît la décence d’assumer ce désintéressement jusqu’au bout et de ne pas venir faire aux votants le procès d’avoir voulu donner leur avis, et donc merci de garder vos rengaines méprisantes prononcées avec l’air de ceux qui pensent que “la politique n’est bonne que pour les gens stupides et oisifs”.

Par exemple, lorsque l’on passe des heures, voire des jours et même des mois, à s’intéresser aux tenants et aboutissants de chaque parti, à lire en détail les programmes, suivre et assister aux meetings, etc… Il serait amical messieurs dames les non-votants que vous ne gratifiez pas les réseaux sociaux de remarques comme “Bah moi je suis resté chez moi plutôt que d’aller perdre mon temps à voter pour un c****”.

Parce que voter n’est pas obligatoire, mais ce n’est pas non plus inutile. Donc vous qui vous faîtes fort de votre désintérêt, merci de rester dans vos bunkers pendant ces deux semaines et de ne pas encombrer les médias de vos considérations apolitiques. Vous ne pourrez pas empêcher les gens d’avoir une opinion. Tout comme nous ne pourrons jamais vous convaincre d’aller voter.

Et c’est bien dommage.

Advertisements

En réponse à un Odieux Connard

Aujourd’hui, un commentaire trop long pour être posté sur un blog. Ce texte constitue donc une réponse à cet article d’un odieux connard.

Monsieur Odieux, je pense que vous êtes partis d’un postulat bien singulier aujourd’hui, et ce postulat fondant le noyau même de votre gaudriole pamphlétique étant en désaccord avec mes plus profondes convictions, je souhaiterais donc intervenir en vous soumettant une thèse de taille :

Vous êtes parti du principe que TOUS les gens étaient intelligents, réfléchis et fondaient leurs avis politiques sur l’argumentaire d’un candidat.

Or, c’est purement et simplement faux. Les élections sont devenues des élections de l’image, où chacun doit soigner son paraître avant ses idées. C’est triste, mais c’est un fait. Et si les lip-dub, ridicules aux yeux de gens cultivés comme vous l’êtes, fleurissent autant dans notre paysage politique, c’est justement parce que ça marche.

La communication et la publicité ne sont pas l’art de faire réfléchir les gens, vous le savez bien, nous laissons celà aux philosophes, psychologues et autres chercheurs en spiritualité avancée. Elles ont pour but de toucher les masses et le grand public, et l’histoire le prouve chaque jour: Plus c’est débile, avilissant et primaire, plus ça touche le grand public( Télé-réalité, sitcoms marseillaises, …).

Autres exemples, me direz-vous ? En politique, les gens oublient vite, et passent rapidement à autre chose. Combien se sont vantés anti-sarkozystes hier, sont descendus dans la rue, et ont tout de même tout remis à plat avant de se décider pour 2012 ?

Détrompez-vous monsieur Odieux : les lips-dubs politiques sont la preuve que pour une fois, ces hommes qui nous gouvernent se mettent à portée du peuple et non l’inverse. Et se mettre à portée du peuple, c’est descendre bas. La communication réfléchie ne représente pas ce que recherche le plus grand nombre. Et c’est ce qu’ont bien compris nos politiques.

Comme disaient nos grand prêtres de la pensée subtile et profonde que sont les inconnus, “Il ne faut jamais prendre les gens pour des cons mais il ne faut pas oublier qu’ils le sont”.