Hadopi, Megaupload, Piratage et Culture

Bien le bonjour chers amis lecteurs ! Comme vous pouvez le constater après plusieurs semaines de jachère rédactrice, je reviens en cette nouvelle année avec pas mal de sujets et suffisamment de temps pour en faire quelques articles. Vous êtes contents ? (*sort un M16*) Plus haut les mains, j’ai dit ! Vous voyez, tout le monde lève la main ! C’est parfait, nous pouvons donc commencer.

En ces temps difficiles, vous n’ignorez sans doute pas que le site Megaupload a été contraint de fermer ses portes, sous les sceaux infâmiques du piratage, de l’illégalité et de la non-rétribution des artistes (c’est vrai que ne pas donner 20€ de plus à des mégastars qui gagnent déjà 1000 fois mon salaire, je trouve ça vraiment révoltant. Comme plaindre que le transfert d’un footballeur ne lui ait apporté que 30.000.000€, c’est vraiment regrettable). Comme tout le monde ne semble pas partager cet avis, et que la semaine passée a été très riche en trolls (avec toi, et toi, et toi aussi notamment, vous vous reconnaîtrez petits galopins), je voudrais donc revenir sur un sujet qui me tient particulièrement à coeur : l’accessibilité de la culture.

Un des premiers arguments contre le téléchargement illégal est simple : si on télécharge illégalement, on ne paye pas. Si on ne paye pas, les artistes ne sont pas rétribués. S’ils ne sont pas rétribués, ils ne peuvent plus vivre de leur art. Donc, ils meurent. Prenons donc le classement 2011 des films les plus téléchargés illégalement disponible ici. Qu’y trouve-t’on ? Fast and Furious, Harry Potter, Very Bad Trip… c’est à dire ce que l’on appelle des superproductions menées par des gens riches à milliers/millions. Donc, pas vraiment ce qu’on peut appeler des artistes en danger qui ne peuvent pas vivre de leur travail. En effet, je n’ai pas vraiment de scrupules à faire perdre 20€ à Vin Diesel quand on sait qu’il collectionne les voitures comme moi les DivX.

Hasard, dites-vous ? Prenons le même classement, pour le monde des jeux vidéos cette fois(voir le classement ici. Même topo. Ce sont les gros studios qui sont les plus téléchargés, c’est à dire des éléments déjà implantés depuis longtemps et dont la stabilité financière n’est pas vraiment en danger. Et l’argument porte d’autant plus ici, puisque contrairement aux jeux dont la vente est le seul moteur financier, le marché du film possède le cinéma comme ressource principale.

Prenons maintenant un second argument simple : le prix. En effet, téléchargement illégal mis à part, il est devenu logique aujourd’hui d’acheter un dvd 20 euros (voire plus), un nouveau jeu 60 euros (le prix d’une semaine de bouffe pour ma part, après je sais pas vous), un cd entre 10 et 15 euros (même pour les versions dématérialisées, qui ne coûtent rien à produire, le coût reste sensiblement le même que pour un cd, alors que les contraintes de production limitées ne s’appliquent plus. Un cd coûte 10/12 euros sur iTunes, pour 15 euros en dur à la fnac). La vérité, encore une fois, est que le marché du cd s’effondre et que les majors s’accrochent à sa survie plutôt que de s’adapter au monde en perpétuelle évolution.

Prenons un nouvel argument, et de taille : l’éthique. En effet, gratuit ou pas, justifié ou pas, le téléchargement illégal c’est du VOL, et le VOL est puni par la LOI(c’est ce qu’ils disent dans les petits vidéos au début des dvds. D’ailleurs, vous avez remarqué ? Ce sont ceux qui achètent les dvds qui se coltinent ces vidéos là, alors que par définition, s’ils ont acheté, c’est qu’ils sont en règle). Donc, l’éthique. En effet, ça me fait toujours un petit quelque chose en cliquant sur un download link de me dire que ça me place du mauvais côté de la force. Puis je regarde. Je me souviens qu’on est dans une société de profit où le consommateur est sans cesse exploîté, où on lui fait payer une marge aberrante sur les services et biens achetés (exemple typique : le débat des forfaits téléphone en ce moment). Alors je me dis que c’est de bonne guerre. Qu’il n’y a pas de raison. Et bizarrement, quand on offre aux gens la possibilité d’accéder à la culture et à l’information gratuitement, on s’étonne encore qu’ils s’en servent. Parce que quand on offre à une entreprise la possibilité de s’enrichir sur le dos des gens, elle refuse peut-être ?

Pourtant, la culture est un droit, et non un luxe que ne peuvent s’offrir que les privilégiés. Que la culture ait un coût est humain et entièrement normal, mais il faut s’interroger sur ce coût. Sur l’accessibilité à la culture. Je claque tellement d’argent en films, jeux et livres que mon banquier commence à envoyer des hélicos chez moi pour venir me chercher. Et quand je vois le prix que ça me coûte, je trouve ça aberrant de payer autant pour si peu. Pourquoi ne pas inclure des forfaits (peut-être même dans les impots ?) pour que l’accès à la culture puisse être indexé non plus sur la quantité d’argent que l’on possède ? Non, parce qu’au risque d’être gauchiste, c’est aussi grâce à des révolutionnaires qui voulaient mettre la culture qu’on a fait avancer l’histoire (gutenberg, par exemple). La culture ne doit pas être liée à l’argent, elle doit profiter au plus grand nombre.

Continuons sur un autre problème, à savoir les petits artistes. En effet, ce sont eux les plus touchés par le téléchargement illégal : si leurs oeuvres ne sont pas achetées, il ne peuvent plus vivre de leur art. Mais, et c’est bien là l’avantage, si leur oeuvre est disponible gratuitement sur le net, ils sont donc écoutables et testables par tout le monde. Cela leur rapporte donc une forte notoriété, un fort écho, une bonne réputation et donc une assise de fans. Ca a été le cas pour des gens comme Kamini ou Basshunter pour lesquels Internet et le libre accès à leurs oeuvres ont été la clé de leur notoriété en France. Ou encore Bjork qui invitait elle-même ses fans à pirater son dernier album, de même que System of a Down qui avait intitulé une oeuvre “Steal this album !”. On écrit même aujourd’hui des guides sur comment créer une oeuvre qui deviendra célèbre sur le net. On pourra rétorquer : “Oui, mais combien meurent d’avoir été téléchargés illégalement ?”. On pourra alors ici répondre par une question : “Combien d’artistes téléchargeables légalement(et uniquement) sont morts ? Ou combien n’ont pas pu se lancer faute d’avoir été produits par une major qui refusait d’investir ?”. Internet donne leur chance aux gens, il leur donne un espace où s’exprimer et tenter de se faire entendre. Il faut le voir comme une arme, pas comme un ennemi.

Enfin, pour parler techniquement, parlons chiffres. Je ne m’étendrai pas sur de l’analyse statistique( au risque de vous plonger dans un sommeil quasi-éternel dont vous vous réveillerez sans argent, que j’aurais à juste titre dépensé dans de jeunes adolescentes thaïlandaises qui manquaient à ma culture) je vous recommande donc de lire ces articles ici ou si le sujet vous intéresse. Pour les plus courageux, qui souhaitent des études plus poussés (et menées par des professionnels de l’industrie), je vous encourage à lire ceci et celà(Anglais et long moment requis).

Pour conclure, je pense que le téléchargement illégal sous toutes ses formes est le témoin criant d’un problème de coût et de facilité d’accès à toutes les formes de culture(10€ la place de cinéma, 10 à 15€ pour un album musical, 20€ le dvd, 20 à 40€ pour un nouveau livre, 40 à 60€ pour un jeu vidéo, jusqu’à 300 euros pour une place de concert, …). Et en attendant que les mentalités évoluent (ce qui mettra probablement très longtemps), je ne compte pas me laisser exploîter financièrement. La culture aussi est en crise, et les banquiers de la connaissance que sont les majors ne réagiront pas sans opérations coup de poing.

Et c’est bien dommage.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s