Le cauchemar du déménagement

Je vous raconte pas à quel point c’est le chaos de déménager. Entre la phase “recherche de l’appartement perle rare” et le moment où on passe enfin les premières nuits dans le nouveau logement proprement dit, il se passe une telle course contre la montre que la moindre heure de repos devient une véritable planche de salut.

D’abord, il y a les visites. Appeler des inconnus, les convaincre (ou pas) qu’on est digne de confiance, monter au créneau, prendre rendez-vous, se libérer tant bien que mal du boulot pour être présent et, finalement, s’apercevoir que le T2 magique pour lequel on a du batailler deux jours avec son chef n’était autre qu’une cave de squatters sur laquelle on avait posé un peu de tapisserie. Et le tout pour la modique somme d’un oeil. J’ai réussi à tomber, tout de même, sur des choses diverses et variées comme : un squatt, un studio avec douche dans la pièce principale et une vraie cave aménagée. Ca partait bien.

Après, quand on a fini par se décider, trouver le palais enchanté qui nous servira de pied-à-terre, il y a les formalités d’entrée. Encore des rendez-vous. Des chèques. Des rencontres. Un état des lieux. Courir dans le métro pour être à l’heure. Ne pas se planter de jour. Penser à imprimer les quatorze années de fiches de salaires et factures d’électricité de toute votre famille. Penser à signaler que oui, si on regarde sous la lumière du soleil couchant en fermant l’oeil gauche, à cloche-pied, oui en effet cette porte à une petite trace de peinture.

Après, il faut à proprement parler déménager. Ranger l’appartement, remplir les cartons, remplir la voiture, rouler, vider la voiture, tout poser au milieu, recommencer… supporter les mômes du samedi à Ikea, passer son temps au téléphone avec EDF, l’opérateur Internet, le marchand de choucroute… Monter les meubles. Pester contre la fragilité des produits Ikea.

Rajoutez à ça le changement de boulot, le fait que je n’ai toujours pas de fauteuil décent chez moi, ni de connexion Internet, la bouffe, les courses, les chats et LA fille et vous comprendrez que je n’aie pas pu trouver le temps d’écrire…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s