Féminisme : Humiliées, ou la catastrophe Belle&Rebelle

Mesdames, mesdemoiselles, celles d’entre vous qui me lisent connaissent(ou pas) mon aversion caractérisée pour la presse féminine. Au hasard de mes périgrinations sur le net, je suis tombé là-dessus : Belle&Rebelle

En temps normal, je fustige la presse féminine pour la bêtise, le vide des propos et l’inutilité générale suscitée par les articles. Ici, on est bien loin de ça. On tombe en réalité dans un webzine insultant pour toutes les femmes. Ce site est un conglomérat d’aberrations, sur des sujets comme le féminisme, la politique, la culture, la mode…. Côté politique, c’est véritablement extrême-droite, vantant les mérites de l’identité nationale, par exemple. Et surtout, l’image de la femme véhiculée y est atroce. L’on vient vanter les mérites de la sexualité taboue, de la femme au foyer, de l’absence de sexe avant le mariage bien sûr… Toutes les idées contre lesquelles les femmes se sont battues ces cinquantes dernières années sont détruites, anéanties. C’est un véritable recul. Mais étudions un article en détail, vous vous rendrez mieux compte. Article

L’image projetée insinue qu’une femme qui s’occupe d’elle n’est rien qu’une nombriliste exacerbée et complètement stupide.

Quand je vois toutes ces filles « hypes » dans la rue, cheveux tirés, bien maquillées, habillées avec les dernières fringues du moment

Vous sentez venir la généralisation rapide, de celles qui vont vous décaper la tronche à la scie égoine ? Ca arrive.

Être plus féminine, rentrer dans le même legging taille enfant qu’elles, capter le regard de tous les hommes en un passage…

Vous remarquerez la subtile association entre minceur et féminité. Mesdames, vous qui étiez rondes et vous pensiez jolies, voyez comme B&R vous rappelle à l’ordre. Allez perdre 30 kilos, et on en reparle.

Il faut toujours vérifier ce qui se cache derrière le vernis ou, pour elles, derrière le masque permanent de maquillage. Et chez elles c’est souvent aussi creux qu’une noix de coco…

Donc, prendre soin de soi, c’est être une grosse cruche. Et c’est forcément pour le plaisir de draguer. Je tiens sincèrement à exprimer toutes mes condoléances aux blogueuses comme Pandora ou Argaelle pour l’image de leur travail qu’elles se prennent dans les dents à cause de ce genre de webzine. Désolé les filles, vous êtes belles et apprêtées DONC vous êtes connes. C’est forcé, c’est B&R qui le dit.

Au fond la dernière fois qu’elle t’avait vu c’était pour qu’elle t’assure que ton string dépassait bien et qu’on le voyait sans problème à travers ton pantalon blanc.

Une vue intéressante de l’amitié et du partage. Je pense que Nelson Mandela se retourne dans la tombe qu’il n’a pas encore construite tant l’image projetée des gens par ce site est à vomir. Ben oui, encore une fois : vous êtes deux filles, donc vous draguez toutes les deux, vous êtes belles DONC vulgaires, alors nécessairement vous êtes des salopes. CQFD.

Si c’est ça ta vie, je te la laisse ! Moi je ne suis pas la fille d’un soir mais celle d’une vie ! Moi je ne suis pas seulement jolie, je suis belle, de cette beauté fière dont tu n’as pas connaissance, car son existence seule t’est impossible à imaginer, elle te rendrait encore plus dépressive que tu ne l’es déjà.

Voilà, enfin, la conclusion qui détruit tout ce que masse psychologues et autres activistes et romantiques ont mis des siècles à mettre en place : la confiance en soi. Alors que l’on vit à une époque où les médias exercent une pression de malade sur les femmes, un semblant d’espoir semblait poindre. Sans tomber dans la généralisation, connaissez-vous une femme qui n’a jamais complexé ? Qui ne s’est jamais sentie moche, grosse, poilue, bête, les quatre à la fois ? Et, alors que vous faites tant d’efforts pour vous mettre en valeur sans tomber dans la vulgarité, voilà que les webzine censés présenter des modèles et des idées écrasent tous ces efforts. Détruisent tout ce que quiconque aurait pu construire pour vous. Bravo, bel effort.

Pour avoir arpenté ce site en entier, les articles de ce genre sont légion. Et ils sont atroces. J’ai passé des heures à commenter ce que j’y ai vu et lu, mais je ne pense pas que vous aurez le loisir de pouvoir me lire, mes interventions ayant probablement été censurées. Mais je ne comprendrai pas, moi qui suis profondément anti-féministes, comment on peut humilier autant les femmes et les jeunes filles sans même avoir la décence de s’excuser et, pire, de se considérer comme un magazine qui vous éduque, mesdames, et vous sert de modèle. Mais j’entends déjà les critiques qui me verront comme un crétin qui vous empêche d’ouvrir les yeux sur votre condition, de vous libérer. Car c’est bien connu : être belle et apprêtée, noble, c’est être conne, creuse et fatalement soumise. Et que donc vous n’avez plus de poids de décision puisque comme chacun sait le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis.

PS : Merci à DariaMarx pour le lien vers l’article.

16 thoughts on “Féminisme : Humiliées, ou la catastrophe Belle&Rebelle

  1. Woaw. Le pire, c’est que le nom du site, “Belle et Rebelle”, pourrait porter à confusion.

    En tout cas, bien bel article !

  2. Elles ont pourtant tellement raison. . .🙂
    Et une argumentation, cela s’étaye, on ne ressort pas la même phrase à chaque paragraphe😉
    Bisou❤

  3. C’est amusant. Vous venez critiquer mon argumentation alors que, par exemple, mes commentaires ont été censurés pour cause que l’auteur, je cite “a trouvé ça nul”. C’est vrai que comme argument, on n’a pas fait mieux depuis Zola.

    Maintenant, si vous voulez un véritable argumentaire : défendre une idée, un concept par l’insulte (oui parce que “oi je ne suis pas la fille d’un soir” ça s’appelle une insulte) c’est prouver que l’on ne peut se mettre au niveau de son interlocuteur que par l’acidité et la méchanceté, car l’on ne trouve plus de quoi étayer son propos en arguments tangibles et solides. Sans tomber dans des débats interminables qu’il serait ridicules de traiter ici, demandez-vous combien de femmes aspirent à devenir DRH, chargée de recrutement, … tous ces métiers basés sur l’apparence et le paraître, et qui pourtant nécessitent en tâche de fond une compétence et une intelligence inégalées. Pensez-vous vraiment que ces femmes soient bêtes comme leurs pieds à passer des heures à se rendre présentables pour leur travail ?

    Il y a dans l’article cité (je me limite à celui-là, sinon ce serait un livre entier qu’il me faudrait écrire) une confusion manifeste entre vulgarité et apparence, qui assimile adolescentes en pleine découverte du monde de l’être et du paraître, et coquetterie, fraîcheur, féminité. Et cette confusion est non seulement regrettable mais aussi, comme je le disais plus haut, fortement insultante pour les femmes, à mon sens.

  4. C’est vous qui faites la confusion, vous n’êtes pas capables d’être à l’aise et d’avoir la moindre esthétique à l’ égard de votre ” sens “.
    Je l’ai parcouru ce site. Où peut-on y lire une volonté de retour à un modèle de la femme synonyme de pondeuse à disposition, dont la continuité d’ailleurs,n’est que le féminisme. A moins que , superficiellement l’on ait à faire un problème d’égo tout à fait commun.
    On sent surtout une attaque politique et rien d’autre. Autant que la défense d’une certaine vision artistique de la femme, au profit du sacrifice de sa plurivocité ( la destruction de la femme étant le fruit du féminisme, d’où la colère de plus en plus de femmes vis à vis de ce ” mouvement ” basé sur la haine ).
    Quant à votre concept d’intelligence, il faudrait songer à le revoir. Je peux vous conseiller les livres de quelques femmes si vous le désirez. Les métiers que vous avez énoncé ne requiert que des capacités discursives, c’est-à-dire remplaçables dans un futur proche par un ordinateur, puisqu’il s’agit de tâches de répétitions.

    Une civilisation qui transforme la femme en homme est une société hyper-masculine ( difficulté d’une femme salarié d’avoir des enfants, puisque le travail n’a pas été adapté, merci les féministes ). Non seulement ça commence à gronder, mais cela va continuer, pas étonnant que les responsables de cette situation, commencent à être..inquiets.

    Rien de choquant à ce que vous ayez été censuré…Cela arrive tous les jours à beaucoup de monde, peu s’en plaigne. Je me demande ce qui vous permet de croire que l’argumentaire ( on l’imagine profond ) que vous leur avez laissé en commentaire vous autorise à espérer l’ admiration.

    En tous les cas, Belle et rebelle est très fairplay.

    ps: pour info, être et paraître veulent dire la même chose, par-aître. C’est ce que l’on nomme un paradoxe directe. Mais ça Zola n’y comprenait pas grand chose.

    Merci aussi Karl Daria Marx °)….une franche rigolade. C’est moche la peur…

    ” Ou plutôt, comment j’ai découvert que j’étais une ado attardée grâce à Twitter. ” hum..hum…mouahhahaah

  5. J’imagine que nos amis DRH et autres seront ravis d’apprendre qu’ils sont assimilables à des robots. Nous ne devons pas avoir la même conception de “relation humaine”.

    Ensuite, faire ressembler la femme à un homme euh…non ? Ca s’appelle des responsabilités. Et curieusement, on peut être responsable dans une très grosse boîte avec 90h par semaine ET avoir une vie personnelle, sans pour autant prétendre un côté “anti-féministe” de la société. Maintenant, c’est un fait avéré : oui, travailler demande du temps qu’il n’est pas possible d’investir ailleurs. Maintenant, faut-il revoir le rôle de l’homme au sein du couple pour que le temps qu’il ait à investir soit similaire, ou revenir au modèle archaïque de la femme au foyer ? De même , contre le SIDA, on peut trouver un vaccin, ou bien tuer tous les malades…

    Ensuite, puisqu’il vous faut véritablement des preuves :
    ” voila la trouvaille de nos politiques pour limiter les MST ou les avortements ou que-sais-je encore: un pass contraception, qui se passe bien entendu de l’avis des parents, véritable coupe-file vers une sexualité toujours plus précoce, toujours plus encouragée, toujours moins taboue.” Faire de la sexualité un tabou, c’est revenir au modèle du sexe comme un “mal nécessaire”. Autant pour le côté progressiste et évolutif du mot “rebelle”.

    “Avant les mecs se contentaient d’aller aux putes, maintenant ils se barrent avec elles pour « refaire leur vie »… Un coup de téléphone à l’avocat, deux signatures, une valise et hop! Sans doute un grand pas en avant pour la promotion sociale des prostituées, mais pour nous, les non-putes (et assimilées), pas forcément l’idée géniale du siècle. ” => Une autre image de l’homme intéressante.

    “aient pas été là, je pense que le danger aurait été écarté puisque, étant donné le prix des loyers et d’un panier moyen de supermarché, je ne vois pas bien comment j’aurais pu m’en sortir et nourrir ma petite famille sans un deuxième salaire dans le couple. Une « conquête sociale » qui prend la forme d’une « obligation économique» c’est ça, la liberté moderne…” => Oui, enfin l’argent ne pousse pas sur les arbres, et ça mesdames, c’est vrai pour les hommes comme pour les femmes…

    “Bon, il est vrai que mes chères consœurs qui conspuent la « femme au foyer » dans des tribunes libres du Monde ou de Libé, elles sont rarement caissières, secrétaires ou conductrices d’autobus.. Ça tape plutôt dans l’avocate, la responsable marketing, la réalisatrice de long-métrages, l’artiste plasticienne subventionnée, la journaliste ou la directrice de com’… Forcément ça change légèrement la perception du débat.” =>Ca s’appelle avoir un travail, encore une fois. Et le niveau de qualification est souvent directement lié au niveau d’études. Comment ? On me souffle qu’avec le brevet il vaut mieux devenir femme au foyer ? Oui, c’est sûr… Ferez-vous le même choix avec 5 ans d’études en plus ?

    Je pourrai continuer sans fin. Mais j’enchaînerai sur autre chose : d’après vous quel est l’intérêt des commentaires d’un site ? Donner son avis, précisément. Et quand l’on veut se fermer aux avis du public (car, même s’ils ne vous plaisaient pas ni ne brillaient forcément par leur constructivité, ayez au moins la décence de reconnaître que mes articles n’avaient rien d’insultant) on instaure un système de connexion, de publication privée. Mais on n’ouvre pas ses commentaires à tout le monde en faisant croire que l’on est un site “ouvert” et “rebelle”.

    Ensuite, apprenez que je me fous bien de votre webzine, et encore plus de ce que vous pensez de mes interventions. Donc non, navré, je n’avais pas les yeux qui pétillaient à l’idée que vous puissiez aimer ou réagir à mes interventions. Seulement, en homme intéressé, je ne lis pas que ceux qui sont d’accord avec ce que je pense. Et je donne mon avis, comme tout un chacun sur un site public.

    Puis, je pourrais enchaîner moi aussi sur une liste d’auteurs, journalistes, politiques, qui contrecarrent ces modèles point par point en expliquant pourquoi. Si vous voulez jouer à qui aura le plus de lettres, vous risquez d’y perdre plus d’énergie et de temps que moi qui suis plus amusé par vos élucubrations qui étaient tout à fait d’actualité il y a …. 1 siècle et demi. Environ.

    Et puisque vous me taxez d’attaquant politique (ce qui est totalement faux vu à quel point je suis sans avis sur ce thème) je vous conseillerai franchement de remballer votre théorie du complot à base de “ceux qui sont responsables de la place de la femme”, “ces hommes, les connard lâches” et autres.

    “Cela arrive tous les jours à beaucoup de monde, peu s’en plaigne” => Bah ça dépend. En Afrique du nord en ce moment, ils s’en plaignent pas mal de la tyrannie et de la censure….

    Enfin, vous remarquerez que votre confrère auteur Sarah Brunel fait de la provoque sa marque de fabrique. Et empêcher les gens de réagir justement à cette provoque, n’est-ce pas un peu contre-productif ?

  6. J’ai parcouru le site et bien plus que de publier tes commentaires ils t’ont publiés tout court; Je ne crois pas que tu puisses t’en plaindre et crier à la censure… Pour le reste je suis d’accord aussi sur ton argumentaire. Tu commences par citer à tour de bras, pour nous dire ensuite que c’est de l’extrême droite, haineux, etc. Pourtant lorsqu’on lit les extraits que tu publies, on ne voit rien de tout ça. Alors peut être que leur manière de se réapproprier (c’est le sentiment que ça me donne) la femme et son image te font plus penser à ta grand-mère qu’à tes copines, et que par conséquent ça te tape sur les nerfs. Mais ça reste d’abord de la libre expression, et ensuite peut être tout simplement du bon sens.
    Derrière la caricature et le côté, je reconnais, assez marrant de leur manière de dire “merde”, il y a un gros raz-le-bol de la femme objet, dont l’hyper féminisme n’a comme seul conséquence de lui faire perdre son essence au prétexte qu’elle aussi, elle a le droit de : fumer, bosser, jouir, être belle, avoir des idées, se barrer avec un minot, conduire une Audi, pisser debout. Bien sûr qu’elle a le droit, et heureusement. Seulement, à résumer la femme au superficiel, on la tue un peu.

  7. Ce qui vous dites est nul Kokoro. Vous n’avez rien compris. Je me demande à qui vous répondez. La majorité des tâches de productivité de la civilisation occidentale sont des activités de répétition purement causales.

    Pour info, je ne suis pas chez Belle et Rebelle.

  8. Alors je réponds tardivement à cet article et des gens de Belles & Rebelles passent par ici, TANT MIEUX!

    C’est dingue quand même, la femme passe son temps à faire évoluer son image, et vous, vous balancez une image plutôt rétro, voire carrément machiste datant des années 50 de la femme, parce-qu’on pas être “belle et intelligente”. Ah bon? Je tiens un blog beauté, et pourtant, désolée de vous dire mais j’ai un bac +5 les enfants! Je ne pèse pas 30 kilos, ne suis pas forcément la mode avec assiduité, lis de temps en temps la presse féminine, mais je ne vois pas en quoi parler beauté, se faire jolie et plaisir pour soi, avant de le faire pour les autres, c’est mal et en plus avoir le Q-I d’une huître. Parce-que si c’est le cas, vous vous trompez d’époque et de monde! C’est pas parce-qu’on porte des talons et du rouge à lèvres qu’on a pas le droit d’être cultivée, il faut arrêter 5 min! C’est du grand n’importe quoi! Je ne sais pas à quoi rime ce magazine, si vous êtes beaucoup lu ou pas, mais je trouve bien triste l’image que vous véhiculez de la femme! Certes, on se plaint souvent d’utiliser et de sexualiser notre image dans notre société, mais de là à nous prendre pour des cruches, je trouve que vous franchissez un peu vite le pas!
    C’est drôle que vous preniez aussi mal le fait qu’un bloggueur cultivé et avertit commente votre magazine. Après tout, tout le monde a le droit de s’exprimer et d’émettre un avis, et le propre de la presse ne serait-il pas d’accepter les différents avis qui sont prononcés?
    Et pour finir, je dirai qu’à côté de mon blog beauté qui me donne l’air d’une cruche, je tiens un blog CULTURE, bah ouais, faut croire que derrière mon rouge à lèvres, y’a quand même un peu de matière grise!
    Bonne continuation à votre magazine!

    • @Argaelle, c’est toi qui vois du manichéen où il n’y en a pas. Personne n’a dit heureusement qu’on ne pouvait pas se soucier de beauté, mode et être intelligente. C’est toi qui voudrait qu’on oppose la cruchasse sexy et la mégère cultivée.
      Je crois que Belle et Rebelle essaie justement de se battre pour ne plus “utiliser et sexualiser notre image dans notre société” comme tu dis. D’ailleurs, en disant que tu aimes te faire belle, que tu es cultivée, bref une femme d’aujourd’hui tu affirmes en filigrane que tu n’est pas QUE ça, une apparence. Et bien, je suis ravi de te dire que tu dis EXACTEMENT la mm chose que Belle et Rebelle. Cool non ? Et oui, le blog que tu n’as pas lu, c’est évident, t’expliquera qu’il y en a raz le bol de rabaisser partout la femme à sa plus simple expression, celle d’un produit écervelé, standardisé, banalisé.
      Précision : je n’écris pas chez belle & rebelle, je l’ai découvert avec l’article de koko.
      Et bravo pour ton bac +5.

  9. Pardon, Kaiser, mais j’ai PARCOURU ce site, et je suis du même avis que Kokoro, désolée de te décevoir.
    Et puis, si tu n’écris pas chez eux, pourquoi alors tiens-tu tant à les défendre envers et contre tout ?
    Non, parce-que franchement on penserait que si, tu travailles pour eux, ou que tu défends un ou une collègue de ce magazine.

    Bref, de toutes façons, on pourra dire ce qu’on veut, tu reviendras ici commenter pour bien nous faire sentir que nous sommes des débiles qui n’ont rien compris à ce pauvre gentil magazine féminin. Je te signalerai qu’en plus, mon commentaire répondait à Kokoro (mon ami désolée de le souligner aussi) et au magazine et non à toi…

    Mais bon, c’est vrai, je suis cruchasse, alors je vais aller me faire les ongles…

  10. Argaelle, t’es géniale : en guise de réponse, tu ne réponds… pas. Pour le coup, tu ne m’a pas lu, ce qui n’est pas très honnête.

    Quand tu ironises en disant “Mais bon, c’est vrai, je suis cruchasse, alors je vais aller me faire les ongles…” je te fais remarquer que j’ai dit, moi, “Personne n’a dit heureusement qu’on ne pouvait pas se soucier de beauté, mode et être intelligente. C’est toi qui voudrait qu’on oppose la cruchasse sexy et la mégère cultivée.”

    En gros tu t’en tapes complètement de ce que disent les gens, à l’exception de tes amies, avec qui tu dois être toujours d’accord…

    Pour conclure et répondre à ton si mature “c’est pas à toi que j’écrivais d’abord !”, et bah je te répondrais que t’as qu’a lui envoyer des mails, à ta copine, si tu ne veux pas de réponses à tes commentaires…

    A+ !

  11. Wow! Kokoro sera ravi d’apprendre grâce à ton commentaire que j’ai LU cher Kaiser, qu’il est devenu une femme! Cela prouve bien que tu as parcouru et lu le blog que tu commentes, tu vois, toi aussi tu t’en tapes de ce que disent les gens!

    Si je t’ai lu cher Kaiser, je voulais juste te signaler que mon commentaire ne s’adressait pas à toi, mais tu t’es senti concerné, je ne sais pour quelle raison. J’ai ironisé sur le fait que “je partais me faire les ongles”, même si j’avais bien lu ta petite phrase que tu cites à nouveau, parce-que justement, on dirait qu’à part toi, les autres personnes qui commentent ont l’air de passer pour des gros idiots. Et ça, désolée, mais je ne trouve pas cela très mature et sympa. Y’a pas que toi sur la blogo pour donner son avis.

    Et pour ton information, je ne suis pas toujours d’accord avec amis (oui amis “is” car j’ai aussi des amis garçons comme Kokoro que tu as transformé en fille), au contraire, souvent, on dialogue et débat sur pas mal de choses. Donc non, je ne suis pas toujours bêtement l’avis de mes amis parce-qu’ils sont mes amis.

    Bref, à part chercher des noises aux gens qui répondent à cet article, on se demande vraiment ce que tu souhaites faire en venant sur un blog que tu ne lis même pas…
    Ah si, prouver que quoi qu’il arrive, c’est toi qui a raison et que nous autres pauvres internautes, nous n’avons rien compris.

    Allez, à plus pour très longtemps, j’espère cette fois.

  12. Euh…c’est ta mère la fille, Kaiser.
    Sinon, à part troller en vous insultant comme des gros sacs, vous pourriez faire avancer le débat. Par exemple soulever que défendre la femme a foyer, outre l’aspect sexualisant, c’est revenir 150 ans en arrière sur le terrain de la parité, que reléguer les problèmes de féminité et de “cosmétiques” (pardonnez-moi le raccourci) aux femmes, c’est justement une théorie profondément machiste, etc…

    Mais continuez à vous insulter et à me voir comme une femme. Je vais chercher les pop-corns, moi.

  13. Salut tout le monde, je n’ai pas pu revenir plus tôt et j’imagine que le débat est passé depuis longtemps, mais tout de même, je sens que vous attendiez ma réaction, et comme je ne suis pas un troll (c’est dingue la vitesse avec laquelle on vous colle ça sur la gueule dès qu’on contredit quelqu’un) je suis votre serviteur.

    Alors on va repartir depuis le début et sur de bonnes bases, pardon à ceux que j’ai travesti et à ceux qui croiraient que j’ai fait des raccourcis machiste, ce qui n’est pourtant pas le cas. Amende honorable pour les coup de sabre à la hussard, je ne recommencerais plus, promis !

    Louer la femme au foyer c’est avant tout mettre en avant la liberté des femmes de dire merde au conformisme qui veut que si tu élèves tes enfants plutôt que de bosser tu es une grosse naze. Qu’on ne me dise pas que ça n’est pas le cas, qu’on respecte-tout-à-fait-les-choix-des-gens parce que ça n’est pas vrai. Tapez vous un diner avec 3 working girl et une femme au foyer et vous verrez bien. Cette dernière n’ayant généralement rien à envie question culture aux deux premières soit dit en passant😉 .Autant les femmes ont du batailler sec pour s’affranchir du rôle dans lequel elles ont été cloisonné pendant trop longtemps, autant aujourd’hui on pousse à l’extrême inverse en diabolisant la femme au foyer, qui représente pour beaucoup la connasse incapable d’autonomie et soumise à monsieur son mari. Moi je trouve ça plutôt beau, une femme qui accepte de mettre sa carrière, un peu sa vie sociale, entre parenthèse pour le bien d’autrui, à commencer par ses enfants. Elle va sacrifier des revenus non négligeables pour s’assurer que ses loupiots grandissent bien. Vous prendrez ça sûrement pour de la régression, et c’est là votre tort : quel mal, quel humiliation, quelle régression y a t-il à cela ?

    La femme n’est structurellement pas faite pour rester prostrée dans un rôle limité de desesperate housewive ou de pot de fleur type année 50, on est bien d’accord, mais si elle choisi son foyer et pas le reste, c’est tout à son honneur et si tout se passe bien, ses enfants devraient l’en remercier quelques années plus tard.

    Pour le reste, c’est à dire l’image de la femme en général, je suis sidéré de voir combien on les prend pour des gourdasses, c’est ahurissant. je reprends les propos d’Argaelle, qui je ne sais pas pourquoi pense que je fais partie des machistes que j’ai pourtant dénoncé. Elle me dit, en gros, ce n’est pas parce qu’on met du vernis à ongle qu’on est forcement des coconne. Mais on est bien d’accord ! j’adore le vernis de ma femme, j’adore quand elle se fait belle et de toute façon elle l’est, pourtant en tout point elle me surpasse ! Heureusement qu’il n’y a pas de contradiction. Or quelle image véhicule la société, de vous ? Partout, on explique aux femmes quel doit être leur poids, leur maquillage, comment elles doivent baiser, quels bouquins pourri elle doivent lire, bref, on dresse un portrait robot de la femme qui est l’antithèse de ce qu’elles sont réellement. Si il y a 50 ans la femme devait être ceci, aujourd’hui elle doit être cela… Du pareil au même.

    C’est pour ça que Belle & Rebelle, du moins sur l’article concerné, a au moins l’intérêt de dire merde aux stéréotypes féminins. Ce qui je crois ferait du bien à tous le monde.

    Voilà !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s