Jeux vidéos : Final Fantasy

Décidément en ce moment, c’est la période pour parler jeux vidéos. Effectivement, étant surtout amateur des jeux consoles et grand nintendomaniaque dans l’âme, force a été de me rendre compte que les jeux sur Wii sortent tellement au compte-gouttes que LA fille et moi avons été obligés de nous rabattre sur des oldies. Des jeux déjà finis maintes et maintes fois mais tellement magiques qu’incrémenter le compteur de pourrissage de boss finaux ne fait qu’entretenir le rêve plutôt que de nous rappeler à quel point ces jeux ont vieilli. Tout y est passé : de Starfox à Donkey Kong Country, de Resident Evil à Ocarina of time, en passant bien sûr par Final Fantasy. Petit retour sur ces jeux d’anthologie, allons donc faire un tour du monde des FF, pour se souvenir à quel point “c’était mieux avant”.

Avant tout, je tiens à préciser une chose, c’est que je suis un faux gamer, né de la seconde génération FF, c’est à dire que je n’ai pas joué aux opus précédant le 7 (si, un peu au 6, m’enfin anecdotiquement…). Je parlerai donc surtout de la vague FF chez Sony, et pas non plus des dérivés de la licence (Cristal Chronicles, Tactics, …). Autrement dit, on ne parlera ici que du bon FF de chez nous, avec un numéro derrière, où l’on devait diriger une équipe chargée, plus ou moins, de sauver le monde à la fin.

Tout d’abord, un FF a particulièrement retenu mon attention, et j’aimerais commencer par celui-là, parce qu’il est selon moi le FF avec lequel il est le plus “simple” de se plonger dans la série. Non, je ne parle pas de FF VII, ni de FF X, mais bien du IX. Un ovni dans la série. En effet, là où les autres jeux nous proposent d’incarner des humains, grands et vivants dans des mondes récents ou futuristes, FF IX lui faisait un retour au moyen âge, avec un léger côté steampunk pas désagréable du tout. Le système était symple à prendre en main, et l’histoire se tenait très bien. Et, alors que tous les tests et que les joueurs l’ont particulièrement apprécié, c’est un jeu qui s’est évanoui. Plus personne n’en parle, et aujourd’hui les grandes discussions se portent beaucoup plus sur le VII, VIII ou X, alors que notre Djidane préféré était pourtant lui aussi aux commandes d’un jeu excellent. Pourquoi y a t’il eu cette disparition ? Mystère.

Le scénario de FF IX était basé sur fond de complot secret du gouvernement et globalement, une bonne partie de l’histoire consistait à rencontrer les personnages un par un puis à visiter leur lieu de vie pour “comprendre, faire avancer l’histoire et l’enquête, et trouver de nouveaux bras pour combattre les méchants”. Tous les FF ont plus ou moins suivi ce schéma (visite de Trabia, de l’Orphelina, de la maison de Linoa pour FF8, visite de Corel, de Nibelheim, de la maison d’Aeris pour FF7, etc…)

Je me souviens de la sortie de ce jeu, j’étais encore au collège, en pleine période “FF8 forever” à échanger des stickers de squall contre ceux de cloud pour décorer mes cahiers de géo. Je pensais être à la pointe du progrès et de la mode (oui, à l’époque, posséder le dernier FF c’était être à la pointe du progrès) quand je me suis fait voler dans les plumes par les quelques players de ma classe de quatrième : “non mais le 9 est sorti pov’ con, t’es trop à la masse toi lolilol”. Je me mis à les mépriser profondément, et à haïr le progrès. J’étais déjà aigri, à l’époque.

(Re)jouer à FF IX, c’est se replonger dans l’univers de Clayra, de l’aérothéâtre, de Tréno, des monstres gentils, de Bibi… un monde retournant aux sources “fantasy” de la saga. C’est revivre les après-midi avec des copains où on priait pour pouvoir se coucher après 22heures et jouer un peu plus, découvrir plus loin le scénario, finir un nouveau boss. Et puis, il n’y a pas à dire : rejouer à des séries qui tiennent plusieurs vingtaines d’heures, ça nous rappelle à quel point avant, le jeu d’aventures, ça ne rigolait pas. Et c’est toujours aussi jouissif.

4 thoughts on “Jeux vidéos : Final Fantasy

  1. Dois je l’avouer ? Je n’ai jamais joué au IX, il faudrait que je m’y mete. Mais la magie opérera-t-elle encore sur moi ?

    FF est pour moi un bon moyen d’observer le monde du jeu vidéo. Plus le monde du jeu vidéo se détériore, plus FF se détériore aussi. Par exemple, j’ai vraiment pas aimé le XIII, ce qui ve bien avec le monde d’aujourd’hui (couloir, simplification…)

    Le 7 et le 8 (en attendant de poser mes mains sur le 6 et le 9) sont arrivés au moment ou mon âme de gamer se forgeait, et leur beauté, leur poésie, leur magnificence a imprimé mon âme de joueur et sont encore pour moi des références.

    C’étaient des jeux humains avant tout. Et je crois que c’est qui m’a le plus plus. Et je suis amoureux de ces jeux.

  2. Le 9 est assez magique en soi, après en effet il y a un effet couloir de plus en plus prononcé dans les FF récents (très marqué dans FF X, notamment). J’en parlerai sûrement dans un prochain article.

  3. Le 9 est pour moi le meilleur des FF (après le 6 mais chut…), les personnages étaient intéressants et travaillés, un univers magique contenant des références à tous les anciens FF (Car oui, FFIX est avant tout un hommage aux anciens opus de la série, et ça se comprends vu la qualité des suivants [/troll]), ces références sont d’ailleurs passé plutôt inaperçu en France à cause d’une traduction pas toujours efficace mais au final on s’en foutait vu notre méconnaissance totale des 6 premiers FF.

    • Je suis en train d’écrire les suivants, mais j’ai publié d’autres articles aujourd’hui >< Après, FF IX est vraiment une transition entre "anciens" et "nouveaux" FF, je trouve.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s