Ciné : Black Swan

Vu la quantité de prix qu’il a obtenus et les critiques unanimes(même les critiques intelligentes) à son sujet, je ne me faisais pas trop de soucis quant à la qualité de Black Swan. Un vrai spécialiste du cinéma y trouverait sans doute beaucoup de défauts, mais j’avoue que personnellement j’ai été bluffé par le film. Déjà, une sélection d’acteurs de taré-dingue à en faire pâlir de jalousie Spielberg.

Je m’attendais à une sorte de comédie romantique tragique, genre triangle amoureux(comme dans le lac des cygnes en fait). En réalité, pas du tout. Tout tourne autour de Natalie Portman, les autres acteurs n’étant que des seconds rôles intervenant de manière ponctuelle. Sans dévoiler l’histoire, le film dévoile le milieu extrêmement exigeant de la danse où une jeune danseuse fait partie d’une compagnie chargée d’interprêter le lac des cygnes. Même si le synopsis est assez morne, le film évite tous les écueils du genre. On arrive ainsi à ne pas tomber dans l’effet “comédie romantique à l’américaine”, ni dans “film purement graphique”. On s’accroche véritablement au personnage central de Nina, à la fois manipulée et manipulatrice, changeant de rôle au gré des scènes du film.

Il fallait s’y attendre, le film est une allégorie du lac des cygnes. Du coup, la BO,
basée sur l’oeuvre classique a un rôle crucial et est particulièrement bien dosée. Passages complets presque entièrement musicaux, qui retransmettent bien les sentiments du personnage, notamment, et qui sont beaucoup plus percutants qu’un dialogue plat. Les acteurs sont à la hauteur de leur réputation, et les dialogues très recherchés. Beaucoup de poésie également, notamment dans des scènes plus ou moins érotiques que l’on retrouve tout au long du film. Néanmoins, on ne tombe pas dans la scène gratuite simplement chargée de faire vendre, comme dans un blockbuster moyen.

Simplement pour trouver quelques défauts, mais faut vraiment bien chercher pour le coup, on pourra reprocher le cadrage qui, se voulant très immersif, fait souvent de très gros plans assez déstabilisants au début et freine un peu l’accroche. De plus, et c’est un travers fréquent (j’en parlerai dans un prochain article), on tombe encore dans un schéma de “pour faire un bon film, on fait un film triste”, qui empêche d’aller voir cette merveille si l’on est un peu déprimé, ou tout simplement fatigué de sa journée.

En conclusion, après le bijou de Requiem for a dream, Aronofsky signe là un nouveau chef-d’oeuvre. Immanquable, et très bien placé pour la course au film de l’année.

One thought on “Ciné : Black Swan

  1. Nathalie est juste impressionnante dans ce film. Avec “Le Discours d’un roi”, c’est clairement un des grands favoris pour les Oscars !

    (Je te conseille d’ailleurs Le Discours d’un roi” !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s