Je crois que…

Je crois que le plus dur, c’est l’attente. Nombreux sont ceux qui parmi vous vont me rire au nez, car ils auront sans doute pris l’habitude de prendre l’avion, de voyager loin et beaucoup, et de réfléchir à l’international, n’empêche que moi ça me stresse.

Déjà, parce qu’il fait chaud. Croulant sous les sacs, les pulls, les écharpes, les manteaux et les clims mal réglées, j’ai l’impression d’être un rôti que l’on ferait mijoter pour l’offrir en pâture à des orphelins affamés. Je me suis pointé 3h en avance à l’aéroport, tout ça pour être à l’heure à l’enregistrement qui a pris en tout et pour tout 3 minutes. Autrement dit : 2h57 à perdre.

Fort heureusement, j’ai pu récupérer un accès Internet et un fauteuil confortable. Donc amenez-moi un café, et je risque d’oublier de partir pour pouvoir finir le dernier jeu Kongregate. Enfin, ça c’était ce que je pensais avant le drame, bien entendu. La catastrophe intersidérale. L’ultime erreur : en moins de 3 minutes de phase d’embarquement, j’ai pu me rendre compte que j’avais laissé tous mes chargeurs dans le sac parti en soute. Dommage…le temps m’est donc compté, et je n’ai plus d’excuse pour ne pas monter dans cet avion.

Bon, tout ça pour vous dire que je m’en vais dans le loin. Et comme je vous aime bien, j’essaierai de reporter ici des bribes de mon voyage, des photos, des textes, et tout ce qui me paraîtra pertinent(Oui, un documentaire sur Batman, c’est pertinent aussi, mais rien à voir avec le Schmilblick).

Bonne lecture à tous pour ces quelques semaines à venir, et bon voyage….

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s