Home sweet home

Ma couette, mon pull, mon tapis et mes peluches se révoltent en laissant échapper une odeur qui m’est étrangère. Je remonte la piste mais ne trouve pas de coupable apparent. Les draps s’y mettent aussi, laissant échapper un parfum entêtant, mélange de fleurs, d’épices et de folie. Celle qui a mis les pieds ici n’est pas repartie entière, elle a laissé une partie de son odeur ici. Fourbe infâmie que ce trouble de mon quotidien nauséabond mais confortable et profondément sûr. Une fille a laissé son empreinte et a défiguré pour au moins quelques jours mon appartement. Et cette odeur est même suffisamment accrocheuse pour me donner envie de courir après, et de laisser libre cours à une stupidité amoureuse bien inutile mais profondément jouissive et incontrôlable. Mais là n’est pas la question. Une fille est entrée ici. Analysons ce point.

Je n’ai pas la prétention d’être suffisamment associal pour ne pas aimer sortir de chez moi. J’aime découvrir l’inconnu et passer mon temps dehors, avec la confortable conviction qu’un logis chaud et connu m’attend à mon retour. Pourtant, depuis qu’il s’est considérablement vidé de toute présence, ce même logis n’a plus grand chose à raconter. Il n’est plus rempli des cris à n’en plus finir des innombrables gamers qui ont pu défiler ici, des odeurs de cuisine dégagées par les casseroles de carbonara préparées pour 10 personnes à chaque fois, de la sueur qui coule de chaque nuit blanche passée à …. bref. Ce logement n’a plus rien à dire. Et je passe mon temps à présent à courir après celles et ceux qui pourront une nouvelle fois le faire parler.

Un gros avantage à tout organiser chez moi est que je connais pertinemment chaque recoin, et que je ne serai donc pas gêné, en cas de soirée en charmante compagnie par exemple, par des questions stupides telles que “Où sont les toilettes ? Où puis-je trouver de l’eau ?” etc… Etre chez soi, c’est connaître le terrain, c’est jouer, justement, à domicile, et maîtriser son environnement afin de pouvoir se consacrer entièrement aux joyeux drilles qui vous font l’honneur de leur présence.

Pour moi, un appartement doit donc être vivant, et vivre implique d’y recevoir du monde, et pas uniquement son propriétaire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s